Soutenez l'APEI

ASSEMBLEE GENERALE DE L’APEI

APEI : « Répondre à des besoins nouveaux »

Les financements de places en foyers spécialisés pour les personnes handicapées manquent. Mais l’APEI poursuit sa mission d’accompagnement et soigne la qualité d’accueil de ses structures dans un programme de rénovation.

Missions

650 salariés, 1 150 personnes accompagnées dans les vingt-trois établissements qui jalonnent le Nord mosellan : l’Association de parents d’enfants inadaptés (APEI) de Thionville puise sa richesse dans la diversité de ses actions, l’accumulation de projets pour mieux accompagner enfants et adultes souffrant de handicap mental ou de polyhandicaps, aux côtés de leur famille.

« On travaille sur l’insertion, le bien-vivre, le parcours d’apprentissage », égrène Etienne Fabert, directeur général de l’APEI Thionville. Ces missions sont détaillées dans un projet associatif, imaginé sur cinq ans (2008-2013) tenu dans un livret. Et qui sera renouvelé. « Cela enferme des objectifs dont on rend compte », explique le directeur.

Contexte

Chaque assemblée générale de la structure est l’occasion de faire un bilan sur l’avancée de ces objectifs et d’en aiguiller l’application. En fonction des moyens, peu prospères.

Le rapport d’activités de l’année passée laisse apparaître des manques relatifs aux adultes dans l’incapacité de travailler. « Il y a des problèmes pour créer des places », cite le directeur général. Un constat établi faute de moyens, faute de personnels.

Foyer et maison d’accueil spécialisé (FAS, MAS) mais aussi Foyer d’accueil médicalisé (FAM) sont concernés. « Aujourd’hui le fonctionnement des structures existantes est assuré mais il faut répondre à des besoins nouveaux », développe Etienne Fabert.

Le contexte économique et la politique de l’Agence régionale de la Santé, en matière de financement, ne laisse guère de place à l’optimisme. « Dans les cinq ans qui viennent, je ne vois rien qui pourrait permettre d’imaginer que ça va changer », relève le directeur de l’APEI Thionville. Selon lui, 208 places feront défaut à l’horizon 2018 dans ces foyers.

Investissements 2012

L’APEI a investi 3,8 millions d’euros en 2012 pour la rénovation de plusieurs de ses structures. Un budget alloué à la poursuite de chantiers déjà entamés ou plus ponctuels. Parmi ces dépenses figurent celles dédiées à la Maison d’accueil spécialisée (MAS) de Guénange, inaugurée ce printemps après cinq années de travaux. « L’établissement a été agrandi mais la capacité d’accueil n’a pas bougé. Il y a moins de personnes dans les chambres, une nouvelle salle d’activité a été créée », détaille le directeur.

Par ailleurs, au sein de l’Institut médico-éducatif (IME) des Primevères à Knutange, l’internat pour enfants autistes a été rafraîchi, l’accessibilité des lieux a été repensée entre 2011 et 2012.

Puis, parmi les travaux prévus sur les Esat (Établissement et service d’aide par le travail), celui de Serémange-Erzange a notamment restauré ses équipements