Soutenez l'APEI

THYSSENKRUPP – ENTREPRISE OUVERTE AUX TRAVAILLEURS HANDICAPES

ThyssenKrupp Presta France a ouvert  ses portes le temps d’une visite, aux usagers des Esat du secteur. Depuis 2008, l’équipementier automobile accueille, au sein même de ses locaux, quinze travailleurs du Castel de Volkrange

 

On fait des colonnes de direction pour les voitures. Dans cet atelier on assemble toutes sortes de pièces », explique Hervé, sans quitter des yeux son poste de travail. Usager de l’ Esat (Etablissement et services d’aide par le travail) Le Castel à Volkrange, l’ouvrier est aussi employé au sein même de Thyssen Krupp Presta France à Florange. Et, hier, comme ses collègues d’ateliers, il a pris le temps de répondre aux questions des curieux.

L’équipementier automobile avait, en effet, ouvert ses portes, le temps d’une visite guidée à quatre-vingts personnes issues des Esat de Briey, Volkrange, Montigny-lès-Metz et Thionville ainsi que des IME d’Aumetz et de Guénange.

« Au-delà des 6 % de travailleurs que doit intégrer obligatoirement l’entreprise, nous travaillons depuis plus de dix ans avec des personnes handicapées », souligne Jean Arnould, président de Thyssen Krupp Presta France. « Dans le cadre de cette semaine de l’industrie, il était important de ne pas les oublier ».

Depuis 2008, à l’instar d’Hervé, une quinzaine d’ouvriers du Castel sont ainsi détachés en milieu de travail ordinaire, dans les locaux de l’équipementier automobile. Ils sont en charge de l’assemblage et de l’étiquetage-produit d’éléments semi-finis. « Des tâches simples que l’on ne souhaite pas automatiser », précise le “grand chef” de ThyssenKrupp , improvisé guide pour l’occasion.

L’expérience est déjà saluée positivement comme un tremplin vers le milieu ordinaire de travail, puisqu’elle a permis à deux ouvriers d’être actuellement en contrat sur les lignes de production de l’entreprise et à deux autres salariés d’y être embauchés. C’est le cas de Joseph Freisitzer, prêt, lui aussi, à répondre aux questions des curieux, « Ça fait trois ans que je suis embauché, posté le matin, l’après-midi ou la nuit. Et ça va bien. »

Parmi les visiteurs accueillis, même s’ils ne connaissaient pas encore l’usine florangeoise, certains travaillent déjà pour Thyssen Krupp. En plus des quinze ouvriers intégrés, la société sous-traite, en effet, d’autres tâches à plusieurs Esat pour de l’assemblage industriel mais aussi dans des domaines divers comme l’entretien des espaces verts. Et la visite a été unanimement appréciée.